Un domaine à taille humaine au cœur de Gaillac

Perspective sur le vignobleLe domaine Rotier est aujourd’hui mis en valeur par Alain Rotier et Francis Marre. Les deux beaux-frères se partagent la responsabilité du domaine familial : Francis s’occupe de la culture du vignoble et de la gestion et Alain se consacre à l’élaboration des vins et à leur commercialisation.
Ils sont aidés par une équipe de cinq personnes : travaux des vignes, du vin, préparation des commandes, expéditions livraisons, comptabilité, accueil du client, chacun est bien occupé, et sur 35 hectares de vignes, il n’y a pas trop de temps à perdre. Pour les travaux demandant plus de main d’œuvre, des saisonniers viennent renforcer l’équipe. La commercialisation auprès des professionnels est assurée par un réseau de VRP multicartes ou d’agents commerciaux et de grossistes. L’exportation est gérée par un bureau monté en commun avec d’autres vignerons du Sud-Ouest partageant la même optique qualitative du vin : Accents et Terroirs.

Quelques chiffres :

  • Surface : 35 hectares
    • rouges 25 ha
    • blancs 10 ha
  • Age moyen des vignes : 20 ans
  • Volume produit : 1200 à 1500 hl / an
  • Bouteilles vendues : 170 000 / an
    • 15 % professionnels export
    • 30 % particuliers
    • 55 % professionnels France

L’histoire du domaine et des vins

Il y a (très) longtemps…

Les hommes fréquentent le lieu-dit Petit Nareye, qui forme aujourd’hui la majeure partie du domaine Rotier, depuis fort longtemps. On y a retrouvé en effet de nombreux outils en quartz datant du Paléolithique soit l’âge respectable de 150 à 200 000 ans. La culture de la vigne date dans le Gaillacois du Ier siècle avant notre ère. On peut raisonnablement penser qu’il y avait de la vigne au Domaine Rotier au XIIe siècle, puisqu’au village voisin, Lagrave, c’est un tonnelier qui initia un mouvement de révolte contre l’occupation par les troupes de Simon de Montfort, durant la croisade des Albigeois. Encore plus tard au début du XIXe siècle, les terres et les vignes constituant l’actuel domaine sont données en dot.

Plus près de nous…

En 1975, Gérard et Michèle Rotier, les parents d’Alain, rachètent ce domaine et entreprennent de reconvertir et développer le vignoble jusqu’alors dévolu aux vins de consommation courante.

En 1985, Alain s’installe avec ses parents : décision est prise de se retirer de la cave coopérative où étaient livrés les raisins pour créer un chai de vinification et démarrer la vente de vin. Dès cette époque le travail du sol est privilégié, ainsi que l’apport d’amendements organiques.

Les années « 90 » voient l’agrandissement des chais et la montée en puissance des cuvées Renaissance (rouge et blanc, puis doux).

En 1997, c’est au tour de Francis de rejoindre le domaine, permettant à Gérard et Michèle ROTIER de prendre progressivement leur retraite.1997 : arrivée de Francis et Clarisse MARRE

Dès le début du millénaire, un nouveau palier qualitatif est franchi, avec la décision de replanter dorénavant les vignes à des densités plus importantes (6170 au lieu de 4000 pieds/ha).

A partir de 2005 le choix est fait d’une viticulture plus écologique, nécessaire pour la meilleure santé des hommes et de la nature, qui permet d’obtenir des raisins et donc des vins plus sains et reflétant mieux leur terroir. C’est aussi l’époque de la création de la cuvée l’Âme, grand vin rouge à base de Duras.

Tout naturellement, en 2009, le domaine s’oriente vers la conversion en viticulture biologique. La certification bio est obtenue à partir du millésime 2012.

En 2013, un travail sur la réduction des doses de sulfites dans les vins est initié, avec la création de la cuvée Esquisse.

L’histoire n’est pas finie, elle s’écrit chaque jour, avec les joies et les peines des gens du domaine, les caprices du temps ou les cadeaux de la nature…

Cave sur mer de vigne